Rêve éveillé

Je suis à bjorkhagen avec Silvia. Nous allons dans la forêt de.. Mélèzes, d’ents, à minuit. Nous sortons à minuit. L’errance dure une heure. Nous rencontrons un lièvre de minuit sur la grande étendue herbeuse avant la forêt. Notre odorat est accueilli par mille parfums délicieux, l’herbe et les plantes sentent encore la pluie et le pollen des fleurs même si elles se sont fermées pour la nuit forme des vagues de senteurs sur l’océan atmosphérique. Je marche sur ce chemin et il fait jour à minuit, c’est encore le crépuscule. Au nord, l’étoile polaire et les voiles du soleil couchant. Altaïr, l’aigle, brille au dessus de moi. La lune est sous la ligne d’horizon. Nous nous arrêtons un instant en direction de la déesse, qui brille de mille feux dans le taureau. On continue, et rencontrons une clairière. Puis le lac et la brumes, les fantômes qui voguent au dessus. Le delta et les nénuphars. Les poissons bondissent dans le silence. La forêt murmure. Au retour, une biche brute paisiblement dans la brume de la clairière. La voix des ent me traverse. Les fleurs s’ouvrent à mon passage. Les branches protègent. Elle est un temple, et le lièvre son esprit.